BIENVENUE A ZOMBIELAND de Ruben FLEISCHER (2009)

Bienvenue à Zombieland est un de ces films mystère. On a beau avoir vu la bande-annonce, être irrésistiblement attiré par le concept et  avoir déjà bien rit aux extraits proposés, on ne sait pas vraiment si tout cela va retomber comme un soufflé ou être à la hauteur du spectacle qu’on s’est imaginé. Une comédie américaine un brin teenager avec des zombies : on est quand même en droit de fortement se méfier. Et pourtant, à notre grand étonnement, le film remplit parfaitement sa part du marché. Assis devant l’écran, complètement sur la défensive à l’arrivée des premières images, l’introduction du film nous prouve rapidement qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Un générique à la réalisation soignée, de bonnes idées en perspectives, Bienvenue à Zombieland nous arrache déjà nos premiers rires bien malgré nous. Et cela ne fait que commencer.

Il faut dire que l’on rentre assez vite dans le vif du sujet. Columbus (Jesse Eisenberg), jeune geek et survivant improbable, nous dévoile par-dessus quelques scènes illustratives, la situation actuelle ; deux semaines d’épidémie ont suffit pour transformer les Etats-Unis en un vaste champ de ruine contrôlé par des morts-vivants survoltés. Columbus se lance dans une traversée d’Est en Ouest afin de retrouver sa cellule familiale, en s’efforçant d’appliquer scrupuleusement la trentaine de règles créées par ses soins et qui lui ont permis de rester en vie jusqu’à présent. Bientôt rejoint par Tallahassee (Woody Harrelson), cowboy expert en zombicide, et les deux sœurs arnaques Wichita et Little Rock (Emma Stone et Abigail Breslin), le quatuor sillonne le pays à coup de batte de baseball et de fusil de chasse.

Que dire de plus si ce n’est que le réalisateur Ruben Fleischer, pour un premier long métrage, sait drôlement bien mener sa barque. Malgré un sujet glissant, Fleischer se focalise sur l’efficacité de son road movie. Les blagues ne tombent jamais à coté et le caractère atypique et bien trempé des personnages fait le reste. On ne résiste alors pas au ton de ce film, jamais au ras des pâquerettes. Le mélange entre humour et horreur est bien orchestré et surtout finement réalisé. En effet, s’il sait faire rire, Bienvenue à Zombieland apporte aussi  sa dose de stress et de tension car les mâchoires des morts-vivants ne se referment jamais bien loin des mollets de nos pseudo-héros. Et les situations improbables ne manquent pas. D’ailleurs Fleischer a parfaitement intégré que la force de son film se situe dans la continuité constante de l’action et l’enchainement des idées. Le rythme qu’il impose ne laisse aucune place à l’ennui. On se laisse prendre au jeu et l’on s’étonne de rire autant de blagues parfois si prévisibles ou si évidentes. Mais la surprise existe aussi dans Bienvenue à Zombieland. Et la présence improbable et pleine d’autodérision de Bill Murray au cœur du film, littéralement  traité comme une figure anthologique, nous aura au moins valu le fou rire de l’année cinématographique. Je n’en dis pas plus.

D’une manière inattendue, Bienvenue à Zombieland arrive donc à s’élever au coté de l’excellent Shaun of the dead et s’impose également par sa différence. Car si la parodie britannique d’Edgar Wright était un réel hommage aux classiques de George Romero,  celle de Ruben Fleischer elle, se réfère résolument à la vision de son contemporain Zack Snyder (L’armée des morts). A noter par ailleurs que tout ceci provient bien d’une seule et même lignée finalement. Espérons donc  pour une fois que les producteurs se sentent l’envie d’approfondir la question. Après tout, les personnages sont intéressants et  l’histoire reste complètement ouverte ; il est tellement rare qu’une suite soit autant justifiée à Hollywood qu’il serait idiot d’y renoncer !

ZOMBIELAND (USA, 2009) R. : Ruben Fleischer ; Sc. : Rhett Reese, Paul Wernick ; Ph. : Michael Bonvillain ; M. : David Sardy ; Int. : Woody Harrelson (Tallahassee), Jesse Eisenberg (Colombus), Emma Stone (Wichita), Abigail Breslin (Little Rock), Amber Head (406), Bill Murray. Couleurs, 104mn.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :