LE VILAIN d’Albert DUPONTEL (2009)

Qu’il est vilain en effet cet Albert Dupontel de nous proposer un film aussi peu abouti en cette fin d’année 2009 ! Comme on ne sait pas très bien par où commencer, voici un petit résumé du film : Dupontel incarne le Vilain, braqueur de banque recherché partout en France par la police mais aussi par ses anciens associés soucieux de régler leurs comptes et en particulier le sien. Acculé, il retourne se planquer chez sa mère Mariette (Catherine Frot) qui ne l’a pas vu depuis 20 ans. Celle-ci ne tarde pas à découvrir la vraie nature de son garçon chéri qui lui vaut sa malédiction : pour avoir engendré un tel monstre, la vieille femme est condamnée à ne jamais être rappelée auprès de son Dieu et s’évite ainsi incroyablement depuis des années, accidents et maladies. Mariette prend sur elle la culpabilité de son fils et se donne alors pour mission de lui faire racheter ses fautes en le remettant dans le droit chemin. Si par la même occasion, elle peut s’opposer aux promoteurs immobiliers en passe de transformer le quartier en parking, sa place au ciel sera assurée.  Et bien voilà, sans vraiment le vouloir, en ces quelques lignes, vous avez à peu près fait le tour de ce que contient Le Vilain d’Albert Dupontel. La fin du film ne sera gracieusement pas dévoilée afin de garder au moins une surprise aux plus curieux d’entre vous, aux téméraires qui ne se lassent pas des pitreries de l’acteur/scénariste/réalisateur.

Pour son quatrième long métrage, Albert Dupontel nous sert carrément du réchauffé. En tant qu’acteur, il se glisse dans son personnage habituel de déjanté, cynique et tordu. Ce fou machiavélique nous renvoie constamment au souvenir d’un Bernie ici pas vraiment approprié dont la psychologie, de par son aspect schizophrénique, nous donne surtout le sentiment d’être très mal définie. En tant que scénariste, Dupontel nous pond une histoire plutôt sympathique, se restreignant à ce qu’il sait faire et livrant le strict minimum. Nous avons donc droit à un échantillon des différents formes d’humours existants. Entre le gag récurrent, le surprenant, le cynique, le burlesque, le régional, le décalé, c’est encore le bestiaire du film qui nous arrachera les sourires les plus affirmés. Merci donc aux chats et aux tortues d’avoir égayé notre séance. Mais d’une manière générale, Le vilain survole son thème sans jamais tirer tout le potentiel du scénario, et cela finit vite par agacer. En tant que réalisateur, Albert Dupontel s’amuse à placer sa caméra dans les endroits et les positions les plus insolites et exploite au plus le panel de focales dont il dispose, bien qu’une préférence majeure pour la courte se dégage. L’impression générale est celle d’une certaine gratuité dans la mise en scène. Le style « Jean-Pierre Jeunet » a sans doute fait un adepte, mais la réalisation de Dupontel tient plus de la tentative et de la chance que de la réelle maitrise. Ça passe parfois et casse souvent.

Reste à évoquer la présence allègre de Catherine Frot dans le rôle de la mère pleine de sang froid, dont la performance valorise le film. Mais même là, le choix d’une actrice en décalage avec l’âge du rôle suscite l’interrogation.

Au final, Le vilain ne se révèle pas vraiment désagréable, parfois amusant, mais son absence totale d’ambition laisse un goût amer d’inachevé. Son réalisateur se repose sur la formule qui a fait son succès et en propose une énième variante dont l’audace très approximative ne nous laissera qu’un souvenir fugace. Inutile donc de faire du zèle en rentrant davantage dans les détails, après tout Dupontel non plus ne s’est pas foulé…

LE VILAIN (Fr., 2009) R., Sc. : Albert Dupontel ; Ph. : Pierre-Yves Bastard ; M. : Christophe Julien ; Int. : Catherine Frot (Maniette), Albert Dupontel (Sidney Thomas, dit le Vilain), Bouli Lanners (Nick Korazy), Nicolas Marié (Dr Jean William), Christine Murillo (Mlle Somoza), Philippe Duquesne (Le peintre roux). Couleurs, 86mn.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :