FANTASTIC MR. FOX de Wes ANDERSON (2010)

On n’aura pas attendu Fantastic Mr. Fox pour crier au génie ! Wes Anderson est de ces rares jeunes maîtres comme il en éclot peu dans le panorama universel. Ses deux derniers films, La Vie Aquatique et À bord du Darjeeling Limited laissaient plus qu’entrevoir son style surprenant. Un ton de dandy décalé, une approche toute particulière du cadre, une passion pour les troubles familiaux et une mise en scène hors de toute convention qui témoigne au-delà de tout le reste de sa troublante unicité. Entre autres ingrédients, voici un aperçu de la recette d’un film à la Wes Anderson, un chef qui a su remanier la grammaire du cinéma à sa sauce…

Nous avons affaire pour l’occasion à Mr Fox, charmant voleur de volailles reconverti dans le journalisme. Lovée depuis trop longtemps dans un pacifisme des plus ennuyeux, sa fougue de jeune renard finit un beau jour par refaire surface. Voici donc notre charmant héros qui reprend du service une fois la nuit tombée, à l’insu de sa dame. Pourvu d’un opossum complice et d’un neveu des plus athlétiques, il s’infiltre chez trois dangereux fermiers pour leur dérober leurs biens les plus précieux…

Le choix d’adapter un roman de Roald Dahl rapproche plus que jamais Anderson de Tim Burton. Ce dernier à d’un premier abord fait de même en réalisant Charlie et la Chocolaterie ; mais on se souvient surtout de son passage à l’animation lorsqu’il nous présenta un beau jour de décembre 1994 ce chef d’œuvre qu’est L’Étrange Noël de Mr Jack. Le ton de Wes Anderson est sans doute moins accessible au jeune public que celui de Tim Burton. Il en reste que nos compères, tous deux détenteurs de capacités de création fortement élevée, n’ont certainement jamais pu laisser choir leur muse aussi librement qu’en terrain animé.

En soi, Fantastic Mr. Fox ne brille pas par une quelconque innovation. Bien sur, on peut souligner son approche toute particulière de la stop motion qui volontairement reste imprécise dans le but de retrouver l’impression saccadée des films de monstres à la Ray Harryhausen. L’effet participe au charme de l’ensemble, à cet esprit « dandy » qu’embrasse également les voix de George Clooney et Meryl Streep, toujours dignes et propres sur eux. Pas de doute, on nage dans la pure tradition Anderson. Car, comme on le laissait entendre plus haut : à l’ouest, rien de nouveau. Et si l’histoire n’était qu’un prétexte ? Certes, nous sommes en plein univers animalier, sur des bases plus ou moins enfantines. Pourtant, le ton est toujours aussi guindé, les cadres toujours aussi tordus, les familles toujours aussi psychanalysables et la mise en scène toujours plus unique.

Wes Anderson détient une chose précieuse, rare en cinéma, rare en art tout court : un style. Pas de ces styles légers qui touchent à une seule caractéristique, mais de ces styles profonds et solides, ces styles qui passent par un apprivoisement des codes du cinéma pour mieux ensuite les réinventer. Fantastic Mr. Fox est en cela des plus réjouissants. Wes Anderson compose sur 1h30 des scènes toujours plus ingénieuses, mêlant comédie, action et parfois même onirisme, le tout sur un rythme musical endiablé (qui témoigne par ailleurs de sa cinéphilie). On jubile. Pour sur, Mr Fox est l’un des grands moments de cinéma de cette année. Surtout, à ne pas manquer.

FANTASTIC MR. FOX (USA, UK, 2009) R. : Wes Anderson ; Sc. :  W. Anderson, Noah Baumbach d’après l’oeuvre de Roald Dahl ; Ph. : Tristan Oliver ; M. : Alexandre Desplat ; Voix : George Clooney (Mr. Fox), Meryl Streep (Mrs. Fox), Jason Schwartzman (Ash), Bill Murray (Blaireau), Michael Gambon (Frankin Bean), Willem Dafoe (Rat), Owen Wilson (Le Prof de sport). Couleurs, 87mn.

Publicités

2 commentaires sur “FANTASTIC MR. FOX de Wes ANDERSON (2010)”

  1. Excellente surprise t’avais raison j’ai adoré !
    Chuis d’accord pour le style ça colle à l’esprit de ses précédents films. On retrouve une famille/une équipe, des névroses cachées, des rivalités affectives, l’esprit bobo tourné en dérision, les bonnes musiques…
    Par contre je regrette un peu que les persos soient un peu « light » comparé aux autres films d’Anderson. On est très loin de la famille Tenembaum qui jongle très bien entre les différentes histoires. C’est peut être dû au fait que le film soit plus court que la moyenne ou qu’ils aient voulu le rendre accessible. Le revisionnage sera moins intéressant.

    Mais tout de même un régal !!!

  2. Un petit plaisir 🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :