OUT OF AFRICA de Sydney POLLACK (1985)

Mardi 8 Juin 2010. 4h50. Je suis bien parti pour une nuit blanche. Je tourne et retourne dans mon lit en pensant à ce merveilleux film vu la nuit dernière. Et dire qu’il y a encore deux jours, je considérais Out of Africa comme l’une de ces vieilles fresques boursouflées qui ne valent pas un kopeck. Vague souvenir d’une projection tiède, dénuée de romanesque et pauvre en exotisme – contrairement à ce qu’elle promettait. Allez savoir ce qui m’a pris d’acheter le blu-ray le week-end dernier… Sans doute mon instinct me poussait-il à donner à Out of Africa une deuxième chance. Inséré dans le lecteur à minuit trente, oubliant que le film dure trois heures, me voici parti à l’aventure. Coup d’œil sur montre avant lancement… et puis tant pis… si ça me gave, je n’aurais qu’à couper et reprendre demain. Lecture.

Stupidité, ignorance, insolence de la jeunesse. Jamais ô grand jamais ne sous estimer le grand Pollack : désormais la règle est d’or. Décor, lumière, costumes, musique, acteurs… autant d’éléments annonciateurs de la masse type, héritier direct d’un Hollywood façon Autant en emporte le vent. C’était mésestimer le réalisateur pour qui rien n’est moins fascinant que de revisiter les genres, ôter ce qu’ils ont d’institutionnels pour mieux les pourvoir en humanisme et en lyrisme.

Alors commence l’histoire de la riche bourgeoise danoise Karen Dinesen (Meryl Streep). Partie à l’aventure au bras de son ami Bror von Blixen (Klaus Maria Brandauer), elle s’empresse de l’épouser une fois arrivée au Kenya. De plus en plus détachée de son mari volage et oisif, elle se consacre activement à la culture de ses terres puis s’aventure dans la brousse en compagnie du chasseur d’ivoire Denys Finch Hatton (Robert Redford) avec qui elle vivra une idylle des plus passionnées.

Du romanesque africain puisé d’une biographie qu’on a dit bien pâlichonne : c’est dire si l’entreprise de Sydney Pollack ressemble à celle de Clint Eastwood lorsque ce dernier décide d’adapter le roman de gare de Robert James Waller Sur la route de Madison. Deux héritiers classiques hollywoodiens transformés en prestidigitateurs. Ou comment faire émerger la beauté d’une simple fioriture.

On notera que la grande Meryl aura été à chaque fois dans le coup, héroïne moderne non moins empêtrée dans des idéaux traditionnels. Pollack la suit dans ses aventures africaines, déchirée entre idéaux et désillusions conjugales, assommée par la ruine et la maladie. On se trouve rapidement fasciné par cette femme, électron indépendant, portant à bras le corps le fardeau qui incombe à tout colon. Pollack survole ses désirs sans y répondre – le personnage est étonnant de persévérance, bouleversant d’humanité.

Par-delà les péripéties qui incombent aux sentiments, le cinéaste laisse échapper quelque esprit exotique où la poésie côtoie le danger. De là ces fabuleuses scènes de brousse où un lion manque de vous croquer, où Reford passe sa main sur les lèvres ensanglantées de Meryl.

Enfin les amants s’envolent sur la musique de John Barry. Sydney Pollack enflamme le cinéma, l’Afrique, Meryl, et moi avec.

Non, décidément je crois que cette nuit je n’arriverai pas à dormir.

OUT OF AFRICA (USA, 1985) R. : Sydney Pollack ; Sc. : Kurt Luedtke d’après l’oeuvre de Karen Blixen ; Ph. : David Watkin ; M. : John Barry ; Int. : Meryl Streep (Karen Blixen), Robert Redford (Denys Finch Hatton), Klaus Maria Brandauer (Bror Blixen / Hans Blixen), Michael Kitchen (Berkeley Cole), Malick Bowens (Farah), Joseph Thiaka (Kamante). Couleurs, 161mn.

Publicités

2 commentaires sur “OUT OF AFRICA de Sydney POLLACK (1985)”

  1. Et John Barry est un compositeur fabuleux, qu’on se le dise !

  2. La musique d' »Out of Africa » tout particulièrement est parfaite. Je me répète, mais la scène en avion où retentit le thème est juste à pleurer !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :